T&A : Comment rouler en toute sécurité en Amérique du Sud ?

Vous projetez de vagabonder à travers le continent sud-américain en moto, à pied ou à vélo. Vous entendez mille et un préjugés sur la mauvaise conduite des Sud-américains. Vous êtes effrayés à l’idée de vous retrouver sur une route défoncée et de ne plus savoir comment en sortir. Ici, je liste les quelques conseils à suivre pour rouler en toute tranquillité en Amérique du Sud. Le mot-clé est : ADAPTATION.

 

* Rouler dans le flot de circulation

Choisir un véhicule de puissance égale à celle des autres est essentiel pour s’insérer facilement dans le rythme, et ne pas se faire expulser sur le côté par le premier rageur venu.

 

* Rouler comme eux

S’adapter, c’est aussi imiter (en évitant les trucs dangereux).

 

* S’écarter

Rouler serré peut s’avérer être un jeu dangereux en Amérique du Sud. Les camions n’ont pas trop de pitié pour prendre toute la place dans les lacets, les gens ne se poussent pas pour laisser passer les 2-roues, les piétons ne sont pas souvent prioritaires. Il vaut mieux privilégier la stratégie de prendre ses distances devant, derrière et sur les côtés.

 

* Passer très lentement à côté des animaux sauvages

Les routes sud-américaines traversent des zones sauvages et habitées par des milliers d’espèces animales. Leurs comportements sont totalement imprévisibles, particulièrement lorsque le petit et sa mère sont séparés par la route.

 

* Regarder loin

Poids-lourds, barrages, animaux sauvages, trous ou pierres sur la chaussée : il faut pouvoir les anticiper.

 

* Serrer les genoux

Pour éviter les obstacles, la moto doit suivre tous les mouvements des jambes, qui seront les premières à réagir en cas d’urgence.

 

* Connaître ses itinéraires

Le soleil se couche tôt, la route n’est pas goudronnée, ou la route n’est qu’en fait une succession de lacets. Cela ne sert à rien de se laisser surprendre par l’état et la longueur des routes, il faut donc se renseigner un maximum en amont.

 

* Faire de courts trajets

Pas de violence, c’est les vacances ! Prendre le temps de visiter des coins sympas sur le chemin, rouler tranquillement, déguster une spécialité de la région, sont autant de raisons pour lesquelles les objectifs de parcours journaliers ne doivent pas être excessifs.

 

* Rester éveillé

Longues, fastidieuses, rectilignes, les routes sud-américaines offrent parfois peu de divertissement. Il faut donc s’en créer soi-même : écouter de la musique, chanter à tue-tête, profiter du paysage pour faire de belles photos.

 

* Faire coucou

Sur des routes pratiquement désertiques, la coutume du continent est de saluer les rares personnes que l’on croise, particulièrement les camionneurs. Je défends également l’idée que la prolifération d’une image amicale et conviviale du motard étranger ne peut être que bénéfique pour les prochains visiteurs de l’Amérique du Sud.

 

Ride safe ! 🙂

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s