S02. Episode #3 : Deux semaines dans les déserts de sel

Español

Il y a des millions d’années, les plaques tectoniques se sont entrechoquées et ont surélevé en altitude toute une zone plane située en pleine Cordillère des Andes, que le Chili, la Bolivie, l’Argentine et le Pérou se partagent : l’Altiplano. C’est un plateau de 1500kmà 3300m d’altitude en moyenne, la 2ème plus haute région habitée au monde après le Tibet. Les poumons manquent d’air, les cœurs se musclent, certaines personnes vomissent en arrivant aussi haut, et d’autres mâchouillent des feuilles de coca en s’émerveillant devant la beauté exceptionnelle de ces lieux ! Faisant partie de ce 2ème groupe de personnes, je suis allée me perdre dans cette haute étendue sèche et salée. Grâce à l’altitude et au climat subtropical chaud, les déserts de sel envahissent cette région. Le Salar d’Uyuni bat tous les records de notoriété, mais l’Altiplano cache également quelques merveilles mal-connues.

 s02epi3.1

Au Nord du Chili se trouve le désert d’Atacama, l’endroit le plus aride au monde. Le village de San Pedro de Atacama construit de sable et de terre tel une cité de la planète Tatouine, est le camp de base de tout touriste qui souhaite découvrir cette région. Lacs flottants, geysers, volcans, lacs aux flamants roses, salars, déserts, pierres rouges, pierres noires, pistes, vallée arc-en-ciel, vallée de la lune, etc. : les sites sont tellement nombreux, qu’on ne sait plus où donner de la tête. Pour faire mon choix, je suis partie au petit matin avec la moto, laissant au hasard le soin de décider de mes visites du jour. Je suis tombée sur le lac Chaxas. Pensant y rester 3 minutes pour observer des oiseaux roses becter le sol… je suis finalement restée scotchée au paysage pendant 2 heures, subjuguée par la beauté et la paisibilité de ce lieu enchanté ! Ces oiseaux élancés que sont les flamants roses se déplaçaient lentement et en rythme pour pêcher dans le lac qui réfléchissait un dégradé de rose, violet et bleu que les montagnes et volcans alentours projetaient, tout en s’accordant avec les couleurs de plumes. Le soleil venait étinceler le tout avec un rouge vif, créant un effet filtre « X-Pro » ! Et pour hypnotiser ses visiteurs, des élégantes libellules bleuâtres se baladaient tout au-dessus du site. Le paradis aux oiseaux roses…

 s02.epi3.2

Les salars ne sont pas seulement des lieux touristiques inutiles à l’économie du pays. En quittant San Pedro de Atacama par le Nord, une route désertique nous conduit vers les salars chiliens, exploités et rentables. Jusqu’à Ollagüe, quelques entreprises d’exploitation salière ont installé grues, entrepôts, rails et train pour commercer leur or blanc. Ollagüe est un village-frontière surveillé par son volcan fumant de 5865m d’altitude. De l’autre côté, c’est la Bolivie.

 s02.epi3.3

En Bolivie, j’ai d’abord mis les roues sur une route de terre, de cailloux et de sable, trouée, cabossée, me faisant trembler, tomber les sacs, desserrer les boulons, bouffer de la poussière soulevée par les camions… Bref, une route abominable ! 200km plus loin, Uyuni m’a accueillie et éblouie ! Une incroyable étendue de sel à perte de vue reflète les rayons du soleil sur des kilomètres inestimables. Inondé par des pluies torrentielles du mois dernier, l’entrée du salar est une vraie mare. En moto, traverser un lac de 30cm d’eau sans savoir si le fond est plutôt dur ou de sel mouvant… était une épreuve. Une fois à l’intérieur, quelle expérience fabuleuse que de rouler au hasard sur du blanc, vers le blanc, tout en blanc. Soudainement, on tombe sur une île rocheuse, brune et envahie de cactus, visible à des kilomètres à la ronde. Qui était là en premier ? Le sel ou les cactus ?

 s02.epi3.4

Pour le coucher du soleil, je repasse le petit gué dans l’autre sens et, comme si le salar avait le don de tout refléter, je tombe nez-à-nez avec : Elise, motarde, en pleine joie de vivre et en plein road trip en Amérique du Sud avec sa Honda Dominator. L’exceptionnalité de cette rencontre nous a faites tomber dans les bras l’une de l’autre ! Le lendemain, nous décidons d’aller fêter son anniversaire dans le désert avec sa moto. L’objectif était d’atteindre le volcan qui surplombe le salar, le grimper puis admirer la vue depuis son sommet. Nous n’avons jamais mis un pied sur le volcan… La Dominator n’a pas supporté la quantité de sel mouillé qui giclait sur le moteur. Heureusement pour nous, la panne est arrivée proche d’un campement au milieu du désert occupé par des photographes allemands en plein shooting. Nous nous sommes donc converties en modèles pour l’occasion. Aux aurores, la combinaison du soleil naissant et de l’atmosphère flottante du salar créait des dégradés de couleurs encore jamais observés par mes propres yeux. Cet instant était magique !

 s02.epi3.5

Credits Michael Poliza

Dans les déserts de sel, la notion de distance est insaisissable, mais la notion de temps est bien présente et nous prouve qu’un après nous attend toujours.

Une réflexion sur “S02. Episode #3 : Deux semaines dans les déserts de sel

  1. Ping : S02. Episodio #3: Dos semanas en los salares – Globe Bikeuse

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s