T&A. Quel pays choisir pour acheter une moto en Amérique du Sud ?

Vous rêvez de faire le tour du continent sud-américain en moto. Emmener la votre outre-Atlantique vous paraît impensable au vu des tarifs et des années de paperasses à accomplir pour faire prendre le bateau à votre moto. Vous optez donc pour rouler local et en acheter une sur place. Mais dans quel pays se rendre pour trouver sa belle ? Quelle administration vous facilitera la tâche ? Quel marché local sera le plus avantageux en termes d’offres et de prix ? Selon mes expériences dans plusieurs pays sud-américains, je vous livre mon opinion personnelle sur les pays les plus adaptés pour acheter une moto en tant qu’étranger touriste. Le mot-clé est : FIABILITÉ.

 

En Amérique du Sud, la valeur d’une moto est complètement différente qu’en Europe. Une 250cc est une bonne cylindrée et une 500cc est un luxe ; tandis qu’une 650cc en Europe est le minimum syndical. Le prix d’une 650cc en Amérique du Sud sera donc bien plus élevé. De plus, les routes sud-américaines sont très longues et parfois dans un sale état, et l’essence assez chère (prix identique à l’Europe en moyenne, 1,10€/L au Chili par exemple). Il convient donc de trouver un modèle tout-terrain qui peut affronter des routes nouvellement asphaltées comme des chemins de pierre défoncés, et qui consomme peu. Personnellement, c’est au Chili que j’ai trouvé le bon compromis.

 

* Brésil

Le Brésil est une bonne option, car l’offre est bonne et les procédures simples. Le marché propose des modèles adaptés au road trip moto sur les routes sud-américaines, et généralement de marque internationale et fiable (Honda, Yamaha, Kawasaki, Suzuki). Par exemple, les Falcon Honda (Trail 400cc, modèle identique à la Dominator) inondent le marché brésilien, car l’usine de fabrication se trouve à Manaus, au Nord du Brésil. Les prix sont assez élevés, car le gouvernement applique de fortes taxes sur les véhicules motorisés. Les procédures administratives sont simples, mais tout en portugais (critère qui m’a dissuadée d’acheter au Brésil).

 

* Paraguay

Les modèles paraguayens sont peu fiables. Certes les prix sont très attractifs, mais le marché d’occasion est principalement composé de marque chinoise (Keyton, Shark, Euromoto, etc.) et de petites cylindrées. Trouver des pièces de rechange dans les pays voisins ne sera pas chose facile, car ces marques sont spécifiques au Paraguay. De plus, les arnaques et trafics de compteur sont monnaie courante. L’option envisageable serait d’acheter neuf chez un concessionnaire (donc plus cher). Les motos de marques japonaises sont extrêmement onéreuses. En revanche, les procédures administratives sont très simples (seul le passeport suffit).

 

* Argentine

Le marché argentin est démesurément cher. On trouve de tout et de toute marque, mais petites comme grosses cylindrées coûtent un bras ! La faute aux taxes et au coût de la vie élevé en moyenne. Les procédures administratives sont longues et compliquées, car il faut demander plusieurs papiers avant d’être définitivement propriétaire de sa moto. En revanche, cela implique que les affaires soient fiables et les arnaques moins fréquentes.

 

* Uruguay

Le marché est tout petit, mais moins cher qu’en Argentine. Cela peut valoir la peine de consulter le mercadolibre de Montevideo pour se faire une idée des modèles proposés.

 

* Chili

Le marché propose un large choix et à des prix corrects (au regard du reste du continent). Sur le marché d’occasion, les cylindrées de 250cc et plus, de marques japonaises sont abordables. Les arnaques et trafics de châssis existent au Chili, il faut donc s’assurer que tout soit en règle et à jour. Les procédures administratives sont simples, mais lentes.

Lire aussi l’article Comment acheter une moto au Chili ?

 

* Bolivie, Pérou, Équateur

Les économies de ces pays sont basses, les ventes de motos de marques fiables sont donc rares. La situation s’apparente à celle du Paraguay.

 

* Colombie

Ce pays est idéalement placé pour les transits d’étrangers. C’est généralement au bout des continents que les voyageurs vendent leur moto avant de repartir aux Etats-Unis, en Australie ou en Europe. Cela peut valoir la peine de consulter les offres de touristes, qui pourraient légalement signer un Poder chez un notaire pour donner les pleins-pouvoirs de la moto au nouvel acheteur (cachet du notaire faisant foi).

 

* Venezuela

La situation politique n’est pas idéale actuellement pour faire des affaires.

 

* Guyana, Suriname, Guyane française

Les pays sont petits et enclavés, les marchés de moto également.

6 réflexions sur “T&A. Quel pays choisir pour acheter une moto en Amérique du Sud ?

  1. Eddy

    Lisazou,
    En partant de ta réflexion sur la Colombie et sa position au bout du continent, est ce que le sud Chili donc vers Ushuaia, Punta Arenas ou Puerto Natales peut présenter les mêmes avantages ?
    Penses tu qu’ il y a de l’offre dans ces villes ?
    Merci

    J'aime

    1. Bonjour, j’y suis passée et tenté de trouver une moto (à Punta Arenas), mais l’offre est vraiment limitée. Les motards étrangers y passent, mais ce n’est pas un point d’arrivée ou de départ privilégié pour repartir sur un autre continent. Donc non, peu revendent leur moto en Patagonie.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s