Episode #10 : La Patagonie, une terre encore in-conquise

Español

Il y fait froid, il pleut un jour sur deux, il fait -30 l’hiver, le vent souffle à minimum 40km/h, la terre n’est pas fertile, les arbres sont morts de froid, les villes sont exposées aux tsunamis… Pourquoi venir vivre en Patagonie ? Avant de partir, je me rappelle qu’une copine m’a dit : « Ah, le mois de février c’est l’i-dé-al pour visiter la Patagonie ! » Tu parles, j’ai sorti écharpe bonnet et pull à grosse maille pour ne pas succomber à une pneumonie sous ces pluies récurrentes et ce vent glacial qui sait comment se faufiler à travers tout type de textile… Alors que c’est censé être l’été ici !

WhatsApp Image 2018-02-21 at 15.7.17

Face aux rudes conditions climatiques et une Nature inhospitalière, le peuplement humain de cette contrée me laisse perplexe. Depuis Magellan en 1520, de nombreux explorateurs venaient s’y perdre ; beaucoup ont terminé naufragés. L’inconnu était le seul mirage qui les attirait : être le premier à planter le drapeau sur une terre lointaine et in-civilisée. En 1843, le gouvernement chilien fraîchement installé depuis 30 ans, mandate l’officier de marine Juan Guillermos pour marquer le territoire. Devançant les français d’une semaine (aujourd’hui, certains racontent que la région de Magallanes aurait pu être française), le Chili se déclare propriétaire et met en place une politique migratoire en envoyant des bateaux entiers de familles.

epi10.1

Subventions, aides sociales et avantages abondent pour les quelques courageux qui acceptent de peupler la Patagonie, cette région « plus-qu’au-sud  que le Sud », car au Chili, après les provinces el Norte, el Centro, el Sur, vient la Zona Austral, à part, isolée et froide. La population descendant jusqu’à ce bout du monde s’installe autour du chef-lieu Punta Arenas, une ville sereine et l’une des rares zones franches du pays. Tout y est importé, la culture y compris. Bien qu’excentrés, les Puntarenenses se sentent chiliens lorsqu’ils accueillent avec chaleur et ferveur les groupes-phare tels que Inti-Illimani qui incarne leur fierté culturelle et musicale ; mais se sentent magallánicos lorsqu’ils brandissent le drapeau de la « République Indépendante de Magallanes ».

1224808

Les voyageurs aussi aiment se lancer à la conquête de cette terre. Ils se l’accaparent en fanfaronnant sur les réseaux sociaux ou en pointant des drapeaux sur les cartes virtuelles des applications telles que iOverlander, pour montrer où ils ont pu planter leur tente pour quelques nuits gratuites. Ces petits points représentant des endroits idylliques, conquis et domptés par les aventuriers se répartissent principalement autour des routes ; mais il reste encore tellement d’espaces vides à explorer…

Screenshot_20180221-161445

Pour ma part, j’ai choisi la ville, et certainement l’un des foyers les plus chaleureux de la province ! Viviana et Raul m’ont ouvert leur porte et dédié, à usage illimité, une chambre d’un confort que nul Couchsurfer n’oserait espérer. Grâce à eux, je parle chilien, je mange chilien, je dors chilien, je vis le Chili. Et en retour, ouverts d’esprit et à l’écoute, trouvant un intérêt intellectuel à connaître autrui, ils prennent plaisir à parler culture et découvrir les coutumes françaises. Un tel échange lors d’un voyage itinérant comme le mien est instructif, encourageant et positif, me donnant envie de parcourir le reste du pays.

epi10.2.bis

Pour l’explorer, j’ai donc commencé par ses « Grands Pieds », expression qui a donné lieu au mot Patagonia, lorsque les explorateurs s’étonnaient de la longueur des pieds des aborigènes qui y vivaient auparavant. S’enduisant de graisse animale pour contrer le froid, ces peuples avaient pris racine ici bien avant la « population civilisée », qui a ramené pelles et râteaux pour assouvir une soif de pétrole. Pourquoi et comment les aborigènes vivaient ici ? La Patagonie regorge de légendes et de mythes qui en donnent des bribes d’explication, mais surtout conserve dans ses vallées inexplorées, une part de mystère et de secrets.

epi10.3.BIS

Une réflexion sur “Episode #10 : La Patagonie, une terre encore in-conquise

  1. Ping : Episodio #10: Patagonia, una tierra todavía in-conquistada – Globe Bikeuse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s